• Fiction sur LGDC - Coeur d'Azur.

    Le crépuscule était tombé sur la forêt, et la cime des arbres ainsi que les plaines et les marais étaient recouvert d'une épaisse couche de neige. Dans cette atmosphère hivernale, on avait du mal à distinguer quoi que ce soit à plus de trois longueurs de queue tant la neige tombait drue. Un froid glacial s'était installé, et les rares proies qui restaient été allées se réfugier au fond de leurs tanières afin de trouver un peu de chaleur. Les oiseaux s'étaient tus, et le silence régnait en maître sur les sous-bois. Ici et là, de temps en temps, on entendait néanmoins frémir un buisson sur le passage d'un chevreuil effrayé par la chute d'un petit tas de neige.

    La rivière avait gelée et une épaisse couche de neige s'était déposée sur la glace, rendant le cours d'eau invisible dans ce paysage tout blanc. Dans le couchant, trois silhouettes félines se découpaient au sommet d'une petite colline, se serrant les unes contre les autres pour affronter le blizzard. L'une des trois bêtes semblaient porter deux minuscules fardeaux qui tentaient de s'échapper en battant frénétiquement de leurs petits pattes.. L'une des deux créatures, celle pourvue d'un épais duvet doré, réussi à s'échapper et tomba la tête la première dans la neige avec un petit « plop » sourd qui fut suivit d'un grognement rauque.

    « Fais attention aux petits, cervelle de souris ! Une patrouille du Clan du Ruisseau va nous repérer avec tout ce raffut..., feula un matou gris clair.

    - Désolée, répondit le chat noir qui portait les deux chatons, tout penaud. Mais ils n'arrêtent pas de remuer...

    - Silence ! l’interrompu une femelle tigrée, l'oreille tendue. J'entends quelque chose, vite à couvert ! »

    Les trois chats se jetèrent derrière des roseaux et s’aplatirent contre le sol gelé, les moustaches frémissantes. Un peu plus loin devant eux, une patrouille ennemie venait de s'arrêter à l'endroit exact où les intrus s'étaient trouvés quelques instants plus tôt. Une femelle noire et blanche humait l'air, la gueule entrouverte. Après quelques instants, elle se tourna vers un mâle aux pattes puissantes, les yeux flamboyant de colère.

    « Feuille de Fougère, dis à Nuage d'Eau de rentrer au camp immédiatement et de prévenir Etoile Blanche que des guerriers du Clan de la Foudre ont pénétré sur nos terres, ordonna-t-elle.

    - Bien sûr, Lac de Brume, répondit le matou avant de se tourner vers son apprentie qui fila aussitôt, ventre à terre. Puis, se tournant vers sa supérieure, il demanda : Tu crois qu'ils sont venus récupérer les chatons ?

    - Evidemment qu'ils sont venus récupérer les chatons ! » feula la guerrière en inspectant chaque touffe d'herbe.

    C'est le moment que choisit le petit mâle tigré pour poussait un miaulement amusé lorsqu'il enfouit sa truffe rose dans la poudreuse. Les trois guerriers cachés se raidirent et jetèrent des regards alarmés aux alentours, guettant une réaction de la patrouille adverse. De l'autre côté des roseaux, le temps semblait momentanément arrêté, les chats du Clan du Ruisseau savaient maintenant qu'ils avaient déjà réussit à reprendre les chatons. La forêt semblait retenir son souffle et plus un seul petit bruit ne venait perturber le silence pesant. Dans quelques minutes, l'un des deux camps aller lancer l'assaut.

    Le silence dura pendant ce qui sembla durer une éternité ; puis tout à coup, la silhouette du lieutenant ennemi se dessina pendant quelques secondes au-dessus des félins embusqués avant de retomber sur le dos de la guerrière tigrée. Celle-ci poussa un long feulement, sortit les griffes et s'appliqua à taillader soigneusement le museau de son adversaire d'où le sang perla en un instant. Entre-temps, le matou prénommé Feuille de Fougère s'était jeté sur le mâle gris et tous deux roulaient dans la neige, leurs cris étranglés déchirant la nuit.

    « Pelage de Jais, rentre au camp avec les chatons, on retient ces deux coeur de renard ! lança le matou cendré en plaquant Feuille de Fougère au sol, les crocs découvert et la bave aux coins des lèvres.

    - Mais.. Griffe de Silex, je ne peux pas vous laissez seuls ! s'offusqua l’interpellé.

    - Arrêtes de discuter et va-t'en ! haleta la tigrée avant de se faire attraper à la nuque par le lieutenant ennemi avec un gémissement.

    - Fais ce qu'on te dit, je m'occupe de Feuille de l'Aube. » miaula Griffe de Silex en assénant un coup de griffe bien placé sur l'oreille du guerrier ennemi avant de filer à la rescousse de sa camarde de Clan.

    Le guerrier noir attrapa en vitesse les deux petites boules de poil qui s'amusaient à grattouiller la neige, puis déguerpit ventre à terre vers le ruisseau gelé. Il se força à rentrer les griffes lorsqu'il senti sous ses coussinets la surface lisse et glissante du cours d'eau, qu'il traversa sans grande peine. La neige ralentissait le mâle qui ne cessait de jeter des coups d'oeil en arrière, pour voir si ses amis avaient réussi à fuir le combat. Ses oreilles étaient tellement gelées qu'elles le picotaient et il avait une crampe à la mâchoire à force de tenir les petits. Une fois arriver de l'autre côté de la frontière, il s'installa à l'abris d'un buisson d'aubépine et guetta ses amis, de petits nuages de vapeur s'évaporant dans l'air aux rythmes des respirations du félin.

    Les minutes s'écoulèrent, sans que la moindre ombre ne se dessine dans le blizzard cinglant. Pelage de Jais posa les deux petits entre ses pattes, ses deux petits... Petite Aurore et Petit Éclair étaient deux chatons très turbulents, mais si adorables... Des larmes chaudes et salées glissèrent le long des moustaches du matou, et tout son corps fut secoué d'un sanglot silencieux. Une lune plus tôt, la mère de ces deux amours de petits était morte lors d'une bataille contre le Clan du Ruisseau. Ce Clan-ci avait ensuite dérobé les chatons dans la pouponnière avant de repartir sur leur terres, déclarant que ces petits seraient leurs trophées  la preuve que le Clan du Ruisseau était plus puissant que celui de la Foudre. La mission de cette nuit constituait à aller récupérer les chatons sans se faire prendre. La première partie de la mission s'était bien déroulée, pourtant... Pelage de Jais poussa un long soupir nostalgique et le visage de sa douce Plume Bleue vint embrumer ses pensés, son odeur enivrante de bruyère et de miel...

    C'est à ce moment là qu'il aperçut deux chats éclopés gravir la petite pente tant bien que mal.


  • Commentaires

    1
    Othiann Profil de Othiann
    Samedi 29 Juin 2013 à 13:33

    C'est dans des cas comme celui-là que je regrette qu'il n'y ai pas un bouton "Like" sur Eklablog =P

    2
    Coeur-d-Azur
    Samedi 29 Juin 2013 à 14:07

    Oh, c'est trop gentil :3

    3
    Algue Bleue
    Mercredi 29 Juillet 2015 à 19:15

    ho. Wow. C'est tout ce qu'il y a dire :-)

    4
    Vendredi 31 Juillet 2015 à 11:03

    J'avais complètement oublié que j'avais écrit ça 

    5
    Mercredi 7 Octobre 2015 à 07:49
    j" adore les conte pour chatons (au moins j' ai une bonne raison pour sortir de la pouponnière).
    6
    fleure d'argent
    Lundi 31 Octobre 2016 à 08:54

    c'est trop triste la fincry

    7
    Petite Lune
    Jeudi 27 Juillet à 15:46

    J'adore !!!! happy

    8
    Esprit Astral
    Vendredi 28 Juillet à 17:37

    Trop bien ! cool

    9
    Grifffe Fauve!
    Vendredi 25 Août à 18:00

    Tien s salut Esprit Astral!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :